Un élan romantique

 

Voici des petites chroniques de romances que j’ai apprécié. Et comme on ne peut laisser des commentaires sur cette page, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans contact !

Aya Ling, Les contes inachevés T1, La vilaine belle-sœur (Collection Infinity)

les-contes-inacheves,-tome-1---la-vilaine-belle-soeur-953847-264-432Une jeune fille passionnée de lecture déchire par mégarde un livre de conte et atterrit dans l’histoire de Cendrillon. Mais non dans la peau du personnage principal, mais dans celui d’une des horribles belles-sœurs. Kat devient ainsi Katriona et doit s’adapter à ce nouveau monde, voguant entre le XVIIIe et XIVe siècle. Pour rentrer chez elle, il n’y a qu’une solution, terminer le conte à tout prix. Mais cela risque d’être bien compliqué quand cette histoire diffère tant du conte original …

Une histoire bien sympathique voguant entre romance et Young Adult. Le livre arrive à nous plonger dans un autre univers, à moitié historique à moitié fantastique. Il est très intéressant de voir Katriona essayer de se dépatouiller de ces situations, avec un langage bien moderne et des idées beaucoup trop avancées pour cette époque (liberté de la femme, travail des enfants interdits …). C’est un contexte très intéressant. Concernant les personnages, ils sont bien développés, mais il ne faut pas s’attendre à une fidélité au conte original. Bien que la belle-mère et la première belle-sœur sois plus ou moins semblables, certains personnages sont totalement différents, dont bien entendu Kat, ce qui apporte de nombreuses surprises et rebondissements. Aya Ling a choisi d’apporter des changements majeurs au conte, et de nouveaux personnages, amenant un réel plus à l’histoire. Et bien que l’on devine assez facilement le couple final, cela ne gâche rien à la lecture et aux péripéties. La fin a l’avantage d’être malgré tout surprenante, mais légèrement décevante pour moi. Mais j’ai vu que c’était une série, donc j’attends de lire le tome suivant, qui à mon avis résoudra cela.

Lily Haime, Clair Obscur (MxM Bookmark)

51HBXZ3yTLL._SX210_Gwenn a 17 ans et aime Sevan, le meilleur ami de son frère, de huit ans son aîné. Après avoir été repoussé il s’enfuit, un peu trop vite, et l’accident arrive. Sept ans plus tard, Gwenn a du revoir ses rêves à la baisse, et a essayé d’oublier ces événements traumatisants, avec plus ou moins de succès. Mais lorsque Sevan revient, tout change pour lui, et les sentiments reviennent en force. Il s’était juré de le détester, mais parfois, le cœur ne nous laisse pas vraiment le choix.

Il s’agit du premier MxM que j’ai lu, il garde donc pour moi une saveur particulière. Il s’agit d’une vraie histoire d’amour, une belle et grande histoire, entre deux hommes, Sevan et Gwenn. On plonge dans la vie des personnages, sans réussir à lâcher le livre. L’histoire est poignante, et on voit les héros se débattre contre leurs propres sentiments par crainte. Ils nous transportent tous les deux, et nous font ressentir tellement de choses, à la fois négatives et positives. Il y a Gwenn et ses incertitudes, son manque de confiance en soi et sa grande force morale. Il y a Sevan et sa peur, sa culpabilité, et ses secrets.

Au-delà de Sevan et Gwenn, les personnages secondaires apportent réellement un plus au récit, on se passionne également pour leurs histoires. Avec un plus pour la famille entière de Gwenn, qu’on peut ériger au rang de Dieu de la tolérance et de l’acceptation !

Le succès du roman vient aussi de l’auteur, Lily Haime, qui par son splendide style littéraire nous transporte dans les sentiments des personnages. C’était mon premier MxM, mais je n’avais pas l’impression de lire une romance « différente » de ce que je lisais à l’époque, et je pense qu’au-delà de l’histoire, c’est réellement dû à l’écriture. Lily Haime nous touche toujours au plus proche, et rend chacune de ses lectures addictive.

Kody Keplinger, The Duff

logo_309658-242x385Dodue Utile Franchement Fade. Duff. Ce qualitatif Bianca ne l’avait jamais entendu, jusqu’à ce que Wes, le garçon le plus populaire du lycée l’appelle ainsi. La Duff c’est l’amie, parfois moche, parfois quelconque, de filles particulièrement belles, et qui sert à les mettre encore plus en valeur. Mais lorsque les choses ne seront plus au beau fixe à la maison, Wes représentera une formidable distraction pour Bianca …

Il ne faut pas s’attendre à une copie conforme du film lorsqu’on lit ce livre. A vrai dire, à part les personnages et le principe de la DUFF, il s’agit de deux histoires TOTALEMENT différentes. Et je les ai adorées toutes les deux.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Bianca, très cynique, mais si sensible. En effet, elle veut se montrer forte, mais la remarque de Wes l’atteint malgré tout, au point qu’elle remette pas mal d’aspects de sa vie en question. Et on sent Wesley évoluer, au fil des pages, au contact de Bianca. Bien sûr, comme beaucoup d’œuvres américaines, il y a pas mal de clichés dans ce livre : le beau gosse populaire, le postulat de départ des deux adolescents qui se détestent. L’autre aspect intéressant du livre, c’est la vie familiale des personnages qui est bien développé. On voit les problèmes adolescents (ou non) qui peuvent les toucher. L’auteur s’échine à évoquer un sujet important au moment de l’adolescence, le regard que l’on porte sur les autres et sur soi-même.

Il s’agit donc d’une bonne lecture, au niveau de la romance bien sur, et même si la fin est courue d’avance, on apprécie de voir l’avancée du couple ; mais également au niveau de la trame secondaire, évoquant le passage difficile de l’adolescence.

L.H Cosway & Penny Reid, Mis à l’essai T1 : Le sportif et l’introvertie (Collection Infinity)

mis-a-l-essai,-tome-1---le-sportif-et-l-introvertie-1067458.jpgTout d’abord, merci à MxM Bookmark/Collection Infinity et NetGalley pour m’avoir confié ce SP.

Annie est une jeune femme, timide et introvertie qui travaille de jour dans une entreprise de relation publique et le reste du temps comme blogueuse en tant que Cyber Espionne, ou elle se lâche et passe au crible les hommes célèbres. Ronan lui est un rugbyman, brut de décoffrage qui déteste les journalistes et les réseaux sociaux et ayant un sérieux problème d’image publique. Alors qu’il décide d’engueuler une blogueuse pour un article assassin sur lui, son équipe le renvoi vers le cabinet de relation publique d’Annie. Et voila comment deux personnes que tout oppose se rencontrent, à la fois sur le net, et dans la vraie vie.

Si ce livre m’a attiré, au-delà de sa couverture, c’est pour une des co-auteurs : Penny Reid m’avait enchanté au travers du Club des tricoteuses anonymes. J’avais adoré sa plume, et son humour sous-jacent.  Et j’ai eu le plaisir de retrouver cet esprit dans ce livre.

On a une collision entre deux personnes totalement différentes : Annie est introvertie (comme le dit le titre ^^), refuse les contacts et l’attachement avec les autres, et est une pro des réseaux sociaux. Pour elle, la vraie vie est dématérialisée sur Internet. A contrario, Ronan déteste la toile, il est charmant, déterminé et fonceur. Amenés à travailler ensemble, ils ressentent tout de suite une attirance, qu’Annie va s’efforcer de repousser alors que Ronan va lui plonger dedans.

Ce que j’ai apprécié dans ce livre c’est de voir le développement des sentiments des deux personnages, ils ne se tombent pas dans les bras directement (d’ailleurs on n’a pas de relation sexuelle avant plus de la moitié du livre). Alors des fois on peut en avoir marre des hésitations d’Annie, mais au final on s’attache énormément à ce personnage, à ses doutes et ses insécurités. Et on ne peut qu’aimer Ronan, sexy et aussi attentif qu’il est, et son humour décapent (surtout pour moi qui aime les blagues vaseuses). Et un gros plus pour les tweets qui débutent chaque chapitre !

C’est frais, c’est mignon et romantique, parfait pour un bon moment de détente. Une série à suivre !

Jane Harvey-Berrick, Le Rythme T1, Esclave du rythme (Collection Infinity)

51sBYDY7H-L._SX195_Esclave du rythme nous fait suivre Ash et Laney dans une romance épique. Ash est un  jeune danseur slovène qui émigre aux Etats-Unis pour un poste de danseur. Mais à son arrivée, il déchante face à l’univers de violence dans lequel il a atterri. Laney elle est une femme handicapée de 29 ans qui est en week-end à Las Vegas avec ses amies. Ces deux personnes que rien ne prédestinait à se rencontrer vont se retrouver à fuir ensemble, et à essayer de se reconstruire.

Si j’ai choisi ce livre, c’est d’abord pour son auteur, Jane Harvey-Berrick, que j’ai adorée avec la saga Cœur Itinérant. Mais j’ai eu énormément de mal à accrocher à ce livre, j’ai trouvé le début long et difficile. Je n’aime pas trop les dark romances, et le début de ce roman donnait cette impression (bien que ce ne soit pas le cas). Et puis à un moment, le déclic, et je suis complètement entrée dans l’histoire. Ce livre réunit de la romance, du suspense, de la danse, et un ex rancunier, tout pour en faire un joli succès.

Les personnages sont touchants, à la fois dans leur force et leur faiblesse. On ressent tout de suite l’alchimie entre eux, et on n’a pas une mise en couple trop rapide, ce qui est bien. L’auteur réussit en plus à décrire des scènes difficiles sans tomber dans le gore ou l’exhibitionnisme. Une bonne lecture en somme, même si le début est un peu long.

S.N. Lemoing – Les calices du temps Tome 1 et 2 (Autoédition)

CVT_Les-Calices-du-Temps-Episode-1_3170

J’ai eu la chance grâce à la plateforme de SP Simplement de découvrir le livre de S.N Lemoing, Les calices du temps.

On y découvre une jeune flic, Maria, plus garçon manqué que princesse dans l’âme. Elle est très proche de son frère de 16 ans Juan, geek et passionné d’histoire. Ce dernier a d’ailleurs commandé sur Internet deux véritables coupes du Moyen-âge. Alors que le frère et la sœur boivent un verre dans les calices, ils se retrouvent propulsés sous le règne d’Henri VII.

J’adore les livres qui mélangent les genres. Et ici on est servi : à la fois de la romance, de l’historique, un brin de policier et de l’humour. L’historique est plutôt bien traité, les faits relatés sont réalistes, et on sent le dépaysement des deux Américains, dans cette Angleterre de fin du Moyen-âge. La romance est pour le moment esquissé, ce n’est pas le thème central de ce tome-ci, même si on la sent arriver. Les deux autres thèmes sont eux aussi bien présents.

Pour moi le problème de ce livre vient de la rapidité des faits et du manque de récit. Les choses se déroulent trop rapidement, et il n’y a pas assez de descriptions à mon goût. Un autre petit bémol avec le personnage de Maria. Même les personnes qui s’y connaissent très peu en Histoire se rendent comptent qu’il y a des choses qui ne se disent ou ne se font pas à certaines époques (par exemple les toilettes). Je trouve que Maria est un peu dans l’excès. Et avec son caractère j’ai eu du mal à accrocher à ce personnage. Si au début, au XXIe siècle elle me plaisait bien, je l’ai trouvé très impolie et immature dans le passé. Au contraire de son frère que j’ai adoré. Pour un jeune de 16 ans, il est plutôt impressionnant. Et le fait de pouvoir suivre la vie à côté au XXIe siècle est aussi intéressant.

L’écriture est fluide, c’est bien écrit, le livre se lit facilement et rapidement. L’auteure a une jolie plume. Et on sent que des recherches ont été faites pour rendre l’histoire plus réaliste.

C’est donc un livre qui, malgré le caractère de son héroïne principale, m’a bien plu. Le côté historique est bien exploité, et il me tarde de connaître la suite des aventures de cette fratrie, mais également des personnages que l’on a pu rencontrer dans le passé (sauf l’oncle. L’oncle on peut s’en passer).

Merci à l’auteur de m’avoir permis de découvrir son livre, je lirais la suite avec plaisir !

CVT_Les-Calices-du-Temps-Episode-2_2437

En ce début de mois de juillet, S.N Lemoing m’a laissé l’occasion de lire le second tome de sa saga, Les calices du temps.

On retrouve ici Maria et Juan, toujours coincé au Moyen-âge, et cherchant un moyen de rentrer chez eux. Ils doivent donc cacher leur véritable identité, trouver un moyen de justifier leur alias, tout en résolvant les problèmes des habitants du château.

J’ai plus apprécié le personnage de Maria que dans le premier tome, je l’ai trouvé plus mesuré, et intelligente quant à sa position dans cette époque. Juan est un garçon toujours aussi passionnant, avec des idées ingénieuses. Encore une fois, l’époque est bien décrite, et on sent que des recherches historiques ont été menées.

J’ai moins aimé les chapitres sur les parents de Maria et Juan, trop nombreux à mon sens et assez redondant. On ne peut que comprendre leur peine, mais sans avancée significative de l’enquête, c’est assez ennuyeux de les lire. Ce second tome nous offre cependant l’occasion de découvrir plus en détail la réaction de Marc, le collègue (et plus si affinités ?) de Maria. Mais j’ai cependant trouvé sa réaction un peu lente, il tarde quand même à contacter les parents de sa collègue disparue.

En résumé, un bon second tome, qui explore un peu plus les caractères des personnages, et également ceux des personnages secondaires. Il est agréable de découvrir plus en détails les habitants du passé. Je regrette à nouveau la brièveté du récit, je suis une adepte de roman beaucoup plus long. Une idylle commence à s’esquisser, et il me tarde d’en découvrir plus. Parmi les deux potentiels « prétendants », mon choix est déjà fait.

 Vivement la suite !

Caroline Gaynes, Cap sur l’Islande (Something Else éditions)

cap-sur-l-islande-1073304

Merci à Simplement et à Something Else éditions pour m’avoir permis de découvrir le roman de Caroline Gaynes, Cap sur l’Islande.

Il s’agit d’une histoire sympathique, la plume de l’auteur est fluide, on est tout de suite prise dedans, même si l’on devine assez rapidement la fin .

On suit Rachelle, une jeune trentenaire qui quitte tout, emploi, famille, et pays pour s’envoler vers un nouveau job en Islande. C’est au cours du vol qu’elle fait la connaissance d’Adela, une vieille femme avec qui elle se lie d’amitié. Elle sera amenée à rencontre Jack, le fils taciturne d’Adèle, et son collège hispanique Eduardo.

Le point fort de ce livre c’est la découverte d’un nouveau pays. Là où on est habitué aux romances se passant aux Etats-Unis, en Ecosse ou en Angleterre, l’Islande était une grande première pour moi. Et l’auteure décrit beaucoup de lieux, de manière approfondie, on se sent donc dépaysé.

J’ai parfois eu un peu de mal avec le caractère de Rachelle, mais elle reste un personnage agréable, une femme d’aujourd’hui, avec ses forces et ses faiblesses. Adela est également un personnage auquel on ne peut que s’attacher. Par contre j’ai détesté dès le début Eduardo, et j’ai trouvé son accent beaucoup trop présent à la lecture. Ce qui est bien également dans ce roman, c’est que les personnages secondaires sont tout autant développés que les principaux.

Les personnages sont touchants, réalistes, et l’écriture agréable. Un livre que je conseille donc !

 

Alex Gabriel, Comment sortir avec un super héros quand on est un super vilain ? (MxM Bookmark)

téléchargement.jpegFaire partie de la famille d’un super-vilain n’est pas un gros problème pour Pat West. Certes, sa mère tente à l’occasion de conquérir le monde, et alors ? Tout ce que lui veut, c’est finir ses études et devenir urbaniste. Le fait qu’il se transforme parfois en larbin diabolique… ça, ce n’est qu’une tradition familiale. Et puis un jour, Pat couche par accident avec /Silver Paladin/, le super-héros également connu sous le nom de Nick Anderson, un millionnaire reclus. Ce n’est qu’un malentendu. Pat n’a jamais eu l’intention de se faire passer pour un prostitué, il le jure. N’empêche qu’il se retrouve bientôt complètement dépassé par la situation, surtout quand il commence à développer des sentiments pour le pire gars possible. Quand sa mère réapparaît pour mettre le monde à ses pieds, Silver Paladin s’empresse de la contrer… et tous les secrets de Pat menacent de lui exploser au visage. Comment pourrait-il associer sa vie de larbin à ses sentiments pour un héros ? Nick l’aimera-t-il assez pour passer outre ce qui les sépare ? 

Merci à MxM Bookmark et Netgalley de m’avoir offert l’occasion de lire ce SP. Vu le résumé (et le titre), j’ai commencé ce livre avec le sourire aux lèvres. Et ce sourire on le garde tout au long de la lecture.

On arrive dans un univers totalement décalé, où les super héros, et les vilains sont intégrés à la société. Les personnages sont vraiment hilarants, et à côté de ce que l’on peut croiser habituellement.

Pat est un personnage assez particulier, avec pas mal d’insécurité et de franc parler. Ses réflexions sont très drôles, loufoques, et partent dans tous les sens. Cela contraste avec le côté froid et asocial de Nicholas. Leur rencontre en elle-même fait des étincelles, et ce quiproquo est du jamais vu dans une romance. On commence déjà l’histoire sur les chapeaux de roues. Et cet humour va se retrouver tout au long du récit.

Un bémol pour moi, c’est que le livre tourne parfois un peu en rond. Je trouve qu’il y a pas mal de longueurs, et pas assez d’actions, alors que l’on est dans un univers de super héros. D’ailleurs, cet univers manque de descriptions, le contexte reste assez vague.

Mais la plume de Alex Gabriel est une très bonne découverte pour moi. L’auteur a réussi à créer un univers totalement déjanté dans lequel on se laisse embarquer avec plaisir. Les mots glissent tout seul, et on passe les pages rapidement et facilement.

Pour résumé, « Comment sortir avec un super héros quand on est un super vilain ? » est un bon roman, une romance humoristique avec laquelle on passe un bon moment, mais qui souffre d’un manque d’approfondissement.

Blandine P. Martin, Wild Crows T1, Addiction (Autoédition)

wild-crows-tome-1-addiction-1009643-264-432Découverte d’un nouvel univers de biker ! L’auteure, Blandine P. Martin nous entraîne au sein de son MC, les Wild Crows pour notre plus grand plaisir.

Bien que le livre soit identifié comme une romance, il n’y a pas réellement d’histoire d’amour dans ce tome. En effet, Addiction est le premier tome d’une série de cinq livres, dont le final ne devrait plus tarder. L’histoire d’amour vient par la suite, ce tome nous fait surtout découvrir l’univers, faire la connaissance des personnages, et appui beaucoup sur les liens familiaux.

On rencontre Joe, une jeune femme qui, après le décès de sa mère part à la recherche de son père, le président d’un MC (Motorcycle Club aka, club de biker). Plutôt bien accueillie, elle décide de rester près de lui, pour apprendre à le connaître, lui et sa famille, et découvre par la même occasion cet univers qui lui est si étranger. Les personnages sont plutôt attachants, réalistes, et on se prend d’affection pour eux.

Sachant qu’une romance doit arriver dans la suite de la série, on se demande forcément quel homme sera l’« amoureux ». J’ai beaucoup aimé cette histoire, car on découvre une image plus réaliste des gangs de bikers, loin des fantasmes qu’on peut lire dans d’autres séries du même acabit. Les personnages sont réalistes, particulièrement Jerry, ce papa, biker dans l’âme. J’ai aussi apprécié Mona et Casey, sa femme et son fils, ainsi que Ash son meilleur ami, que j’ai véritablement adoré. Étonnamment, j’ai eu un peu plus de mal à accrocher avec le personnage de Joe, mais j’attends de lire la suite pour me faire un véritable avis.

Par ailleurs, il m’arrive d’avoir quelques à priori sur des livres autoédités, mais ici on ne s’en rend même pas compte. La couverture est très jolie, il n’y a pas de coquilles ou de fautes d’orthographe, et la mise en page est très bien faite ! La plume de l’auteur est fluide, percutante, on ne voit pas les pages passer, et on ressent véritablement les émotions de ses personnages. Certains passages manquent par contre d’approfondissement pour moi.

PS : L’auteur nous laisse sur une fin absolument monstrueuse !

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :