Mathieu Menegaux, Un fils parfait

Maxime, enfant unique d’Élise, a tout du fils parfait : brillantes études et carrière fulgurante ; c’est un mari aimant comme un père attentionné. Un jour, sa femme Daphné va découvrir la faille dans ce tableau idyllique. Le conflit est inévitable : il sera sans merci. Jusqu’où une mère doit-elle aller pour protéger ses filles et faire valoir ses droits, alors que personne n’accepte de la croire ?

On a à faire à une femme, Daphné à qui la vie sourit. Un mari amant, deux petite fille magnifique, et un travail important qui l’amène à faire de nombreux déplacements. Mais un soir tout s’effondre. Sa fille lui dit de ne pas la laisser, qu’elle a peur du « loup ». Le loup, un animal effrayant dans l’imaginaire des enfants. C’est celui qui s’attaque au petit chaperon rouge. Dans ce cas là, le loup c’est le père de famille. Le père qui impose à ses filles des actes sexuels pendant l’absence de leur mère. Le père c’est également le fils parfait, le fils d’Elise, cette femme et grand-mère à qui Daphné écrit cette longue lettre pour lui expliquer les actes de son monstre d’enfant. Parce qu’Elise n’y croit pas, et continu de défendre son fils coûte que coûte. C’est Daphné qui ment, qui a monté les filles contre leur père. Alors Daphné décide de tout lui raconter.

« Il y a souvent deux versions à une histoire. Je vous livre la mienne, Elise. Lisez-la et je vous laisse juge de qui est victime, qui est agresseur, qui est une bête et qui mérite une exécution sommaire. (…) Mais une chose est certaine : vous ne pourrez plus jamais affirmer « je ne savais pas ». »

Et là on découvre l’horreur des actes d’un père. Cet homme sensé protéger ses enfants envers et contre tous et qui se révèle loup dans la bergerie. Qui se révèle également un fabuleux manipulateur. Alors Daphné décide d’agir et de saisir la justice.

Mathieu Menegaux pour ce roman a fait de nombreuses recherches sur le système judiciaire, ce qui en fait un des avantages du roman. On plonge, en même tant que l’auteur, dans l’enfer du système judiciaire, qui se retourne contre elle. Alors c’est vrai qu’elle que la narratrice n’a pas forcément entamé les bonnes procédures ; mais c’est un véritable désaveu qui se met en place contre elle.  Et les rôles s’inversent. Le père monstrueux devient le parent idéal alors que la mère sauveuse est considéré comme irresponsable.

Ce roman résonne ne moi comme une claque.  L’auteur s’inspire d’une histoire vraie pour mettre en avant la bataille judiciaire que livre des centaines de parents chaque année contre l’inceste : la nécessiter de prouver, de parler de l’innommable. L’écriture est simple, fluide mais percutante. Le fait de lire une lettre permet d’avoir l’impression que la narratrice nous parle, et met ses sentiments à nue.  Elle nous parle de sa culpabilité de ne pas avoir été souvent là, de sa culpabilité à ne pas pouvoir les protéger, de sa culpabilité d’avoir douté de sa fille. Parce que oui, la mère a aussi des défauts. En particulier celui de na pas avoir cru sa fille, d’avoir préféré faire confiance à ce mari, si admirable, si remarquable, si parfait. Mais elle a réalisé et se décide à agir, et il n’est jamais trop tard pour ce genre de cas. Le pire c’est ce besoin qu’elle a de se justifier pour prouver que ce n’est pas elle la méchante. Elle affronte la terreur de chaque parent sur cette planète : voir son enfant abusé. Mais dans son cas, il s’agit en plus d’une personne de confiance, d’une personne qu’elle aime. A aimé. Elle doit donc se défendre, et défendre ses filles. Mais parfois, la justice n’est pas la meilleure solution …

La grande force de ce roman, à mon sens, c’est également sa fin. En effet, ce récit sinistre propose un dénouement surprenant, et percutant. Mais je n’en dirais pas plus …

Note : 4,8/5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :